porte-empreinteL’ empreinte est le premier stade dans la démarche thérapeutique prothétique qui a pour but majeur le transfert ,aussi précis possible ,de la réalité clinique au laboratoire

Au fil des décennie les techniques se sont affinées par l’utilisation des nouveaux produits et les perfectionnements qu’il entrainent

 

 

 

Définition

Selon LAROUSSE: nom féminin « empreindre »

Marque pratiquée en creux ou en relief par l’objet que l’on presse sur une surface : L’empreinte d’un cachet.

En prothèse:

C’est la reproduction en négative des éléments anatomo-fonctionnels permettant d’obtenir un modèle positive réplique fidèle des tissus enregistrés

 

Empreinte primaire

Définition

Est l’empreinte initiale de tous les éléments anatomiques d’une arcade édentée maxillaire ou

mandibulaire.

Constitue le point de départ de toute thérapeutique en prothèse totale.

 

Objectifs

un moulage précis des surfaces d’appui.

Localiser la situation optimale de la ligne de réflexion muqueuse.

Apprécier éventuellement le degré de résorption osseuse et la position actuelle des organes para prothétiques.

Analyser les limites idéales de la future prothèse.

Contribuer à l’étude clinique ,au diagnostic et au plan de traitement prothétique d’une édentation totale.

Autoriser la construction au laboratoire d’un PEI préfigurant grossièrement la prothèse terminée.

 

Matériaux à empreinte

Qualités requises du matériaux empreinte :

•Manipulation facile

•Fidélité

•Goût agréable

•Compatibilité avec le plâtre de coulée

•Temps de travail suffisant & temps de prise court

•Stabilité dimensionnelle

•Biologiquement compatible

 

Plâtre

Comptent parmi les matériaux d’empreinte les plus anciens & l’excellent matériau pour l’empreinte primaire

1-Composition

Il s’agit de l’hémi-hydrate de calcium issu du gypse

 

CaSo4, 2H2o————— CaSo4 ,1/2H2o (concassage après refroidissement )

Remarque

+/- fécule de pomme de terre

 

2-Indication

Empreinte primaire

Crête flottante

3-ContreIndications

Zones de contre dépouille

Reflexe nauséeux

 

5-Présentation

(Présentation) Plâtre

 

Les hydro colloïdes irréversibles ou alginates

•Produits élastiques après gélification

•Constitués essentiellement d’acide alginique issu de l’Agar-agar extrait d’algue marine.

•Types:

Classe A : détails de 25µm

Classe B : détails de 50µm

Type I : temps de prise normal

Type II: temps de prise rapide

• Avantages:

manipulation facile

Economique

Accepté par le malade

• Inconvénients:

spatulation manuelle génératrice de bulles

Stabilité dimensionnelle médiocre

Faible résistance aux contraintes

Coulée immédiate (synérèse et imbibition).

• Indications:

Réalisation des modèles d’étude

Empreintes primaires en prothèse totale et partielle

Modèles antagonistes en prothèse fixée

 

 

Le porte empreinte idéal de sérieLe porte empreinte

caractéristiques

•indéformables

•modelables

•système de préhension

•nettoyage parfait

•désinfection

 

Les différents types de  porte-empreintes de série

•DEVIN

•C.E.R.P.A.C

•CRESCENT

•SCHREINEMAKERS

•MAC GOWAN-WINKLER

•ACCUDENT

 

Le choix du porte empreinte de série

•1 Critères du choix au niveau supérieur :

Rebords alvéolaires

Critères du choix au niveau supérieur

Voute palatine

Tubérosités

 

 

horizontal

sera triangulaire, came ou elliptique

mais toujours

en correspondance étroite avec

la forme de l’arcade et avec sa dimension.

 

frontal

parallèle au relief osseux.

-La hauteur des bords en fonction des rebords alvéolaires.

- toujours être distant de la ligne de réflexion de la muqueuse.

- légèrement plus grand que l’arcade édentée.

 

sagittal

espacement régulier.

La position du bord postérieur du porte-empreinte et son système de préhension

 

 

2.critères de choix au niveau inferieur:

Un Tour de main de M. LERPSCHER consiste a bouteroller la partie du porte-empreinte située en regard des éminences piriformes.

aucune interférence avec le ligament pterygo-maxillaire ne doit titre admise

 

un espacement régulier

Les bords distants de la ligne de réflexion muqueuse au niveau des régions vestibulaire, Ils seront en contact avec la muqueuse des régions sublinguale, sous-maxillaire, retro molaire et recouvriront les lignes obliques internes.

 

parallèle à celui des rebords alvéolaires.

Libération des insertions musculaires ou ligamentaires.

Le système de préhension ou manche du porte-empreinte .

 

 

Techniques des empreintes en prothèse totale adjointe

L’installation du patient

Les corrections indispensables du porte-empreinte

La préparation du plate

 

L’installation du patientL'installation du patient

confortablement installé

le buste dirigé verticalement

un anesthésique de contact

 

Les corrections indispensables du porte-empreinte

butées d’espacement en cire mollebutées d'espacement en cire molle porte-empreinte vide

Une bande de cire molle collée dans la région postérieure

porte-empreinte vide est introduit plusieurs fois en bouche

 

La préparation du plate

 

 

Techniques des empreintes en prothèse totale adjointe..plâtre

-le garnissage le garnissage

le garnissage

 

-Le porte-empreinte est introduit en bouche

-La lèvre est tiré en avant, puis relâchée

-le praticien passe alors en arrière

-Le patient n’est autorise à se rincer qu’après vérification

empreinte en prothèse totale adjointe..plâtre

 

 

Maxillaire inferieure

-le garnissage

le garnissage le garnissage

le garnissage

 

-Introduction du porte-empreinte

Introduction du porte-empreinte Introduction du porte-empreinte Introduction du porte-empreinte -Introduction du porte-empreinte

-ouvrir grand, fermer, entrouvrir, balancer la mandibule de droite a gauche, passer la pointe de la langue de commissure droite a commissure gauche

-L’ensemble est retire avec precaution

 

L’empreinte à alginate

•Empreinte non compressive muccostatique.

•Empreinte compressive anatomofonctionnelle.

 

1. Empreinte compressive anatomofonctionnelleEmpreinte compressive anatomofonctionnelle L’empreinte de l’arcade mandibulaire

•L’empreinte de l’arcade mandibulaire:

•Patient confortablement installé.

•P.E choisi enduit d’adhésif.

•L’alginate est préparé à une consistance épaisse.

•P.E est garni sans excès, puis inséré dans la cavité buccale.

 

•P.E appliqué sans effort sur la partie antérieure de la crête puis basculé distalement en vérifiant sa symétrie dans PSM.

• P.E est maintenu en place; le patient est prié:

- ouvrir la bouche

- sucer le doigt de l’opérateur

- déplacer la langue

•Après gélification P.E est retiré.

•L’empreinte est analysée.

 

•L’empreinte de l’arcade maxillaireEmpreinte compressive anatomofonctionnelle L’empreinte de l’arcade maxillaire

•Patient installé, le buste vertical.

•P.E choisi garni d’alginate.

•P.E inséré par un mouvement de rotation.

 

La lèvre supérieure est soulevée.

P.E appliqué postérieurement puis basculé vers l’avant

Le patient est prié de:

-ouvrir grand la bouche

-sucer le doigt de l’opérateur

-balancer sa mandibule

-se mouvoir sa lèvre supérieure

Après gélification, P.E est désinséré.

L’empreinte est vérifiée.

 

 

2. Empreinte muco-statique non compressive

Empreinte muco-statique non compressive Empreinte muco-statique non compressive Empreinte muco-statique non compressive

 

 

Traitement de l’empreinte

1.Coffrage de l’empreinte primaire:

Coffrage de la zone paratubérositaire Coffrage de l’empreinte maxillaire Triangle de cire au niveau de la boîte à langue. Coffrage de l’empreinte primaire maxillaire et mandibulaire

 

2.Coulées des modèles

L’empreinte doit être coulée dans un délai de 2heures au maximum et idéalement 10 minutes

Modèle coulé juste après avoir pris l’empreinte. On remarque que la base est bien adaptée. Modèle coulée après 24h

 

Taille des modèles

Modèle mandibulaire Modèle maxillaire

 

Décharge au niveau de l’empreinte primaire

 

Porte-empreinte individuel

Définition P.E.I

•Porte empreinte confectionné au laboratoire à partir d’un modèle primaire servant de support aux matériaux d’empreintes secondaires.

Objectifs

•Réaliser une empreinte précise des surfaces d’appui.

•Ainsi les limites de la prothèse.

 

Qualités requises

•Rigide et indéformable.

•Insertion et désinsertion aisées

•Bords lisses, et arrondis

•Répartition égale du matériau à empreinte

•Centrage facile

•Muni d’un bourrelet ou un système de préhension

•Aucun risque de toxicité

•Possibilités de désinfection

•Epaisseur réduite au niveau de la voute palatine (1.5mm).

 

 

Type de matériau

Gommes-laques.

Résines:

1. résines auto polymérisables:

-poly méthacrylate de méthyle.

-poudre + liquide.

 

La réalisation

La réalisation d’un P.E.I se déroule en quatre temps.

 

1.Tracé des modèles

Tracé des modèles Tracé des modèles

 

2. La préparation des modèles

A.P.E et empreinte anatomofonctionnelle:

- P.E adapté, et ajusté à la surface d’appui

- les contres dépouilles sont comblés avec la cire

- torus, épines irritatives sont espacés avec une feuille de cire.

 

b.P.E et empreinte semi-compressive

P.E et empreinte semi-compressive P.E et empreinte semi-compressive

 

P.E espacé au niveau de la muqueuse attachée et ajusté au niveau de la muqueuse libre.

P.E espacé au niveau de la muqueuse attachée et ajusté au niveau de la muqueuse libre. P.E espacé au niveau de la muqueuse attachée et ajusté au niveau de la muqueuse libre.

 

C.P.E et empreinte mucostatique:

- P.E est espacé vis-à-vis de l’ensemble de la surface d’appui

- une feuille de cire est appliquée sur l’ensemble de la surface du

modèle

- une feuille d’alliminium recouvre la cire

- la résine est ensuite appliquée.

 

3. Application de la résine

•Le modèle est isolé

•La résine est préparée puis; appliquée à la phase pâteuse sur le modèle

•Après polymérisation P.E est désinséré

•Les corrigés pour respecter le tracés

 

4. Réalisation du bourreletRéalisation du bourrelet Réalisation du bourrelet

Réalisé en:

- cire dure

- pâte thermoplastique (Stens, Kerr Blanc ou Marron)

 

 

 

 

Empreintes secondaires

En PAC , les structures anatomiques de support sont essentiellement constituées de deux tissus de comportement différents:

•- La fibromuqueuse adhérente à la crête résiduelle , résistante à la pression .

•- La muqueuse totalement libre du côté vestibulaire au niveau maxillaire , côté vestibulaire et lingual au niveau de la mandibule .

•Afin d’enregistrer les deux types de tissu cités il faudrait une personnalisation du porte -empreinte pour exploiter et englober le maximum de détails

 

définition:

c’est une empreinte définitive à partir de laquelle la prothèse définitive sera édifiée , elle préfigure la base de la future prothèse ; elle est obtenue avec un PEI issu de l’empreinte primaire et un matériau à empreinte secondaire .

L’empreinte secondaire participe au concept global de

l’empreinte en prothèse complète. Elle commence paradoxalement dès

l’empreinte primaire. Elle est considérée comme la deuxième étape de point de vue difficulté pour 59.4% des dentistes selon une étude faite en 2000 sur un échantillon de 283 dentistes. Cette empreinte vise à potentialiser l’effet mécanique directement lié à la qualité des empreintes primaires et secondaires.

 

Buts de l’empreinte secondaire

•-Un enregistrement fidèle et précis des reliefs morphologiques

•− Bonne appréciation du volume des zones de réflexion

•− Bon enregistrement des organes paraprothétiques

•− Bonne répartition du matériau d’empreinte

 

Les matériaux à empreinte secondaire

Pâtes oxyde de zinc eugénol:

•Matériau de choix pour une empreinte secondaire.

•Sous forme de deux pâtes:

1.Oxyde de zinc (80%) , 19% d’huiles.

2.Eugénol (56%), résine , 22% huile d’olive et de lin.

•Avantages:

- très précis

- non compressif

- stabilité dimensionnelle excellente

 

• inconvénients:

- risque de brûlure tissulaire

• indications:

- empreintes secondaires des secteurs edentés

- stabilisation des bases d’occlusion

• contre indications:

- contre dépouilles trop marquées

- sécheresse buccale

- fragilité tissulaire

 

 

Temps de travail1.5 mn
Temps de prise3 à 6 mn
manipulationMélange en quantité égale des 2 pâtes
décontaminationImmersion 10 mn dans de la glutaraldéhyde à 2%

 

 

Cires molles à température buccale

•Très compressif

•Empreinte secondaire d’une crête mandibulaire résorbée

•Requiert une habilité et une expérience particulière

•Résultats très satisfaisants.

 

Pate de kerr

IDEM

 

Élastomère de silicone

1-Propriétés

 

Fluidité:+

Stabilité dimensionnelle :< Thiocol

Fidélité :++

Temps de prise : dépend du catalyseur ≈ 3’ à5’30min

 

 

Joint périphérique

INTRODUCTION:Joint périphérique

L’obtention de la rétention est un des enjeux majeurs du traitement de l’édentation complète. Elle résulte de l’interaction complexe de différents facteurs : biologiques, physiques, mécaniques et techniques. L’un des plus importants est la création d’une jonction fonctionnelle étanche entre la prothèse et la surface d’appui. Cette jonction est assurée par l’existance d’un joint périphérique permanent et continu au niveau des bords prothétiques.

 

définitions

Le mot « joint » est définit dans le dictionnaire comme « une garniture assurant l’étanchéité d’un assemblage » ou encore comme « la ligne de surface où se rejoignent les éléments d’un assemblage »

BATAREC , définit le joint périphérique comme un joint réalisé

concurremment par les bords prothétiques et la salive. Il doit s’opposer à la

pénétration de l’air entre la prothèse et les tissus d’appui, empêchant ainsi la perte de la rétention.

Selon POMPIGNOLI , cette notion implique la définition de « la limite

d’action fonctionnelle périphérique ».

 

 

Joint périphérique .. matériaux

Les matériaux d’enregistrement doivent:

•être suffisamment plastiques le temps de l’enregistrement et rigides après

•être de consistance suffisamment épaisse pour offrir une certaine résistance aux forces musculaires, mais assez fluide pour ne pas les entraver

•autoriser des corrections aisées par addition ou par soustraction

 

les matériaux inélastiques (pâte de Kerr)

les matériaux inélastiques (pâte de Kerr)

 

les matériaux élastiques de moyenne viscosité

joint périphérique au maxillaire à l’Impregum® (polyéther). joint périphérique au Xantopren vert® (silicone)

 

 

2. Les matériaux:

Les matériaux

 

 

Ajustage du porte-empreinte individuel

Remarque

2 impératifs:

Ajustage parfait sur modèle

Respect de la chronologie d’ajustage

 

Au maxillaire supérieur

Contrôle et ajustage du bourrelet:

Soutien des organes paraprothétique:

*L’esthétique

* La phonation

 

Contrôle et ajustage des bords:Mise en évidence des bord en sur-extension

Tests statiques

Mise en évidence des bord en sur-extension

 

Rectifications terminées

PEI stable & rétentif

 

PEI ni stable ni rétentif:

-Défaut de la surface

-Bords sous dimensionnés

-Hyposialie

-Erreur d’empreinte primaire

 

 

Tests dynamiques

a) Ouverture extrême, Bâillement, Latéralité Région paratubérositaire & des 2ème molaires

Ouverture extrême, Bâillement

 

b) Rire forcé ,Creusement des joues Région latérale moyenne

Prémolomolaire

Rire forcé ,Creusement des joues

 

c) Siffler ,Mimer le baiser Région antérieure médianeSiffler ,Mimer le baiser

 

 

d) Souffler par le nez ,narines bouchées , puis tousser

Région postérieure

Souffler par le nez ,narines bouchées , puis tousser

 

 

A la mandibule

Contrôle et ajustage du bourrelet:

Zones latérale

Soutient les joues

Respect le volume lingual

Rectiligne

À cheval sur l’axe la crête

Hauteur satisfaisante

 

Zones antérieures

Largeur : 2à3mm

Situation: vertical

Hauteur :

- Assure le soutien de la lèvre

-Participe à l’élaboration du joint sublingual

 

Contrôle et ajustage des bords:

Tests statiques

Bouche demi ouverte

Un doigt de chaque coté du bourrelet (Stable ,Non stable -Chercher les extensions)

 

Remarque

En cas de difficulté:

Matériau révélateur

Ecarter par un miroir

 

 

Tests dynamiques

Bouche grande ouverte :Bouche grande ouverte

Un doigt de chaque coté du bourrelet (Stable,Non stable)

 

non stable

1- Manque de liberté du jeux

-Des fibres antérieures du Masseter

et/ou

- Les fibres du buccinateur (poches de Fish)

 

Remarque Attention des fausses sur extension

Attention des fausses sur extension

Solution

 

 

2- Surextension ou compression

*Au niveau du ligament ptérygomaxillaire

 

Le trigone

Antérieure
Postérieure

 

 

Solution Solution

 

 

Remarque :
Coopération du malade est indispensable

 

 

 

Enregistrement du joint postérieur

3. Techniques de réalisation:

a.Au maxillaire supérieur:

I.méthode sectorielle:

méthode sectorielle

 

Méthode sectorielleJoint périphérique à la pâte de Kerr dan le secteur latéral

Joint périphérique à la pâte de Kerr dan le secteur latéral

Garnissage de la zone paratubérositaireGarnissage de la zone paratubérositaire

 

Le joint postérieur:

La pâte thermoplastique est déposée dans l’intrados au niveau du voile selon une forme adaptée au type de voile

 

Classification des différents joints postérieurs

 

.Méthode globale:

–Le bord du P.E.I est séché.Joint périphérique à la Permadyne orange

–Un matériau à réaction de prise est placé sans excés sur le bord puis inséré dans la cavité buccale.

–Les mêmes mouvements sont réalisés.

–Après prise P.E est désinséré et les bords sont contrôlés.

–Le joint postérieur est enregistré dans un deuxième temps.

 

 

Joint mandibulaire

•Méthode globale

•Méthode sectorielle

 

Matériau

Pate de Kerr grise (53-54C°)(ou la verte **)

Technique:

Technique

 

Remarque

Phase de stabilisation indiquée dans le cas ou le volume osseux est réduit

 

Enregistrement de la surface d’appui

mouler la surface d’appui dans une position voisine de celle qu’elle occupera sous la pression des muscles élévateurs.

la stabilisation de l’empreinte et sa rétention par adhésion .

la pâte à l’oxyde de zinc eugénol

élastomère de synthèse .

 

Empreinte sous pression digitale :

1-Maxillaire supérieur

•base + catalyseur

•Malaxer jusqu’à obtention d’un mélange homogène

•Garnir le PEI

•Assécher la cavité buccale avec une compresse après avoir demandé au patient de se rincer

•Insertion du PEI en bouche

 

Pendant ce temps le patient est prié de renouveler les tests de modelage des bords

définis précédemment .

 

2-Maxillaire inférieur:

même qu’au maxillaire supérieur

Le maintient du PEI avec les deux mains

Pendant la prise du matériau:

 

•Ouverture moyenne.

• Ouverture grande.

• Protraction de la langue .

• Déplacement de la pointe de la langue de commissure droite à commissure gauche.

• Déglutition.

 

Cas particuliers

•Dans le cas d’une crête flottante , tissus hyperhémies lePEI est perforée de cm en cm avec une fraise ronde en regard des régions où aucune compression n’est requise .

le cas où les zones de Schroeder sont particulièrement dépressibles mais élastiques , deux évents d’évacuation peuvent être percés au niveau de leur centre afin de permettre l’évacuation du matériau sous pression

 

 

Désinfection des empreintes:

Désinfection des empreintes

 

Couler du modèle secondaire

Trottoir & Coffrage

But :

Conserver toutes les informations apportées par l’empreinte secondaire

Technique :

Maxillaire

Maxillaire

Mandibule

Trottoir Coffrage

Couler

 

 

Conclusion

Malgré que l’empreinte joue à un rôle majeur dans le succès de la thérapeutique prothétique elle est, malheureusement, négligée ou mal réalisée par la majorité des praticiens cela est due, le plus souvent, à une méconnaissance de la technique à adopter face chaque situation clinique et/ou des propriétés des matériaux ainsi que leurs indications et contre-indications sans oublier les éventuels problèmes techniques

Alors ,les clefs de succès sont:

Succès de la restauration prothétique

Succès d’empreinte

Connaissance parfaite des techniques

Bonne connaissance des matériaux

Bonne évaluation clinique

 

 

Bibliographie

•LEJOYEUX………..Prothèse complète tome 1

•HUE…………………Prothèse complète amovible

•Michel POMPIGNOLI ,Jean-Yves DOUKHAN, Didier RAUX……………….Prothèse complète clinique et laboratoire tome1

•Christophe RIGNON –BERT Jean –marie RIGNON –BERT ………………..Prothèse amovible complète ,Prothèse immediate, Prothèse supraradiculaire et implantaire